Épisode 62

Le bégaiement : les mythes vs la réalité

Écoutez l'orthophonie simplement sur
Lorianne Lacerte - Icône - Apple podcastÉcouter sur GoogleÉcoutez sur Spotify

Les gauchers forment environ 15 % de la population, et mon papa en fait partie. 

Mais parce qu’il est allé à l’école à un moment où le fait d’être gaucher était très mal vu, il a été forcé d’écrire de la main droite.

Il fait donc partie d’une autre statistique, celle des « gauchers contrariés », aussi connus sous le nom de « droitiers forcés ». 😞

Encore aujourd’hui, mon papa gaucher écrit de sa main non dominante.

Au moins, dans plusieurs endroits du monde, on a maintenant compris qu’écrire de la main gauche n’a rien de mal. Que ce n’est pas un défaut, mais plutôt une différence.

Et on pourrait dire la même chose du bégaiement.

Ce n’est pas un défaut ni une difficulté ni quelque chose qui doit être éliminé, mais plutôt une différence.

J’avais envie de jaser de ça, donc pour cet épisode de podcast, j’ai invité deux spécialistes en bégaiement : Judith Labonté, orthophoniste, et Isaël Morin, jeune adulte bègue.

J’ai appris plein de choses, et je suis contente de pouvoir les partager avec toi ! 🤗

10 idées fausses sur le bégaiement 

Comme tout le monde, il y a certains sujets que je maîtrise… et d’autres, que non. 

Si on parle de langage, de parole, de communication ou de toute autre chose qui a un lien avec l’orthophonie, je suis dans mon élément. Je rayonne. Watch out, la madame sait de quoi elle parle ! 

Même affaire pour le chocolat, la confection de gâteaux, la randonnée pédestre, le marketing, etc. 😍

Mais si on parle de mécanique automobile… 😬 

Ça, c’est une autre histoire.

Je suis comme les filles qu’on voit dans les Instagram Reels… Tu sais, les filles qui se font piéger par leur chum quand il leur demande d’aller acheter du « liquide à clignotant » à la quincaillerie ?! 🤦‍♀️

Bon, OK, c’est vrai que je ne manque pas de connaissances sur les autos à ce point-là, mais proche.

Et quand on manque de connaissances sur un sujet, le mieux, c’est de ne pas en parler. 

Ou, encore mieux, de s’informer et ensuite, d’en parler ! 🤓

C’est pareil en ce qui concerne le bégaiement.

En parlant avec Judith et Isaël, j’ai pu compiler une liste de 10 choses que les gens disent parfois sur le bégaiement et qui trahissent un manque de connaissances sur le sujet.

En d’autres mots, les 10 idées sont aussi réelles et fondées que l’existence du liquide à clignotant ! 😜

Je te les présente juste ici. 👇

1. Le bégaiement est une difficulté de la parole qui doit à tout prix être corrigée.

Non, ce n’est pas vrai.

Pour illustrer, je vais reprendre l’histoire de mon père.

Supposons que mon père était un grand écrivain, un Molière moderne. 

Est-ce que, s’il écrivait ses textes de la main gauche, ce serait moins bon ? Est-ce que ce serait moins captivant, moins réfléchi, moins poétique ?

Bien sûr que non !

Que mon père écrive son texte de la main gauche ou de la main droite, ça reste le même texte. 

De la même façon, une parole bégayée n’est pas « moins bonne » qu’une parole fluide.

Tout comme qu’un texte écrit de la main gauche est aussi valide qu’un texte écrit de la main droite, une parole bégayée est aussi valide qu’une parole fluide.

Le contenu reste le même, c’est juste la forme qui est différente.

C’est donc notre perception des choses qui doit changer, et non le niveau de fluidité des personnes bègues.

2. Toutes les personnes bègues ont les mêmes sentiments face à leur bégaiement.

Je vais te donner un exemple.

Pour moi, les cheveux roux sont magnifiques. 👩‍🦰😍

Mais est-ce que tous les roux pensent la même chose de leur couleur de cheveux ? 

Disons que tu demandais à chaque personne rousse ce qu’elle pense de ses cheveux… Aurais-tu des milliers de fois la même réponse ?

C’est clair que non ! Certains te diraient qu’ils sont fiers de leur héritage génétique, alors que d’autres te montreraient qu’ils gardent le numéro d’une coloriste sur speed dial.

Bon, mon exemple est un peu ridicule, mais tu comprends le point. 😅

On ne peut pas prendre une catégorie de personnes et dire qu’elles pensent toutes pareil. Ce n’est juste pas comme ça que ça marche.

Et les personnes bègues ne sont certainement pas une exception. 

Chaque individu est unique, et a une expérience unique. 

Pour certains, le but ultime sera de masquer le bégaiement, de le « teindre » en parole fluide. Pour d’autres, ce sera d’apprendre à accepter leur bégaiement, et d’être à l’aise de prendre leur place dans la société.

Oui, chaque personne est différente, et le bégaiement est différent pour chacun.

3. Le bégaiement ne peut pas être caché.

Encore une fois, ça dépend de la personne.

Isaël, lui, a pu masquer son bégaiement pendant plusieurs années.

Ce n’est que vers l’âge de 27 ans qu’il a fait ce qu’il appelle son « coming out de bégaiement », ce qui veut dire qu’avant ça, la majorité des gens ne savaient pas qu’il bégayait. Même ses ex-copines n’étaient pas au courant ! 🤯

Et ce n’est pas comme s’il habitait en ermite, dans une cabane au fond des bois où il n’avait presque aucun contact avec la société !

Non, Isaël travaillait dans le public.

40 heures par semaine, il parlait. 

Alors, comment a-t-il pu cacher son bégaiement ?

Ce n’était pas facile, mais il s’est créé beaucoup de techniques d’évitement.

Par exemple, quand il disait son nom à de nouvelles personnes, il profitait du fait qu’il a un prénom unique pour bloquer chaque syllabe. 

I-SA-ËL.

Ça donnait l’impression qu’il voulait éviter que les gens ne comprennent pas son nom ou qu’ils se trompent en le disant, mais en réalité, il voulait éviter de bégayer entre le « I » et le « sa ».

Pas mal wise, le jeune homme.

Mais c’est sûr que vivre comme Peter Parker avant que tout le monde sache qu’il est Spider-Man, ce n’est pas normal. 

Ce n’est pas normal de passer une partie de sa vie à cacher qui tu es.

C’est triste et c’est stressant.

Et pour Isaël, ça l’empêchait de dire ce qu’il voulait. Il ne pouvait pas adopter le ton de voix qu’il voulait, ou dire les blagues qu’il voulait.

Peu à peu, il a réalisé qu’il ne pourrait plus cacher son bégaiement. Surtout vu qu’il était rendu directeur de marketing pour une firme d’avocats. 😲

Toute une job pour une personne bègue qui essaie de cacher son bégaiement ! 

Il avait trop de responsabilités, trop de pression… Il n’était plus géré par un boss, c’est lui qui devait gérer du monde.

C’était juste too much.

Donc, il a pris son courage à deux mains, et il a fait savoir qu’il est bègue.

Il avait quand même réussi à le cacher à la plupart des gens pendant plus de 27 ans… 

4. Le bégaiement est amplifié ou provoqué par le stress.

Pour certains, le stress peut contribuer à augmenter le bégaiement, mais ce n’est vraiment pas le cas de tout le monde.

La plupart du temps, ce n’est pas le stress qui fait bégayer, mais bien la réaction des autres face au bégaiement qui cause du stress.

5. Le rôle de l’orthophoniste en ce qui concerne les personnes bègues est de les aider à arrêter de bégayer.

Encore une fois, ça dépend du but de la personne bègue.

Est-ce qu’elle veut être plus fluide ? Est-ce qu’elle veut être bien dans sa peau ? Est-ce qu’elle veut apprendre à accepter son bégaiement ? Est-ce qu’elle veut prendre sa place dans le monde et ne pas s’empêcher de parler par peur de bégayer devant les autres ?

Peu importe le motif de consultation de la personne, l’orthophoniste va s’assurer de l’aider de la façon dont elle veut être aidée.

6. Bégayer, c’est humiliant.

Quand on va voir le mot « humiliation » dans le dictionnaire Larousse, les 2 premières définitions commencent par « sentiment » :

  • « Sentiment de quelqu’un qui est humilié, atteint dans sa fierté, sa dignité » ;
  • « Sentiment de honte qui résulte de telle cause ».

Un sentiment, c’est subjectif. Comme on l’a vu dans le point 2, chaque personne bègue est unique et vit son bégaiement à sa propre façon. 

On ne peut donc pas créer une formule à la E=mc² pour le bégaiement.

Bégayer, ce n’est pas humiliant. 🙅‍♀️

C’est ce qu’Isaël a réalisé, avec le temps. 

Si quelqu’un a une réaction inappropriée à son bégaiement (comme rire ou faire un petit sourire en coin), Isaël ne sort pas ses poings. Il reste calme, et dit tout simplement : « Je vis du bégaiement. C’est un handicap. »

Pas d’insulte, pas de larme, pas de tirage de cheveux. Juste deux phrases qui font réfléchir.

Et souvent, la personne qui a eu la mauvaise réaction se sent mal. Elle se sent coupable. 😳

C’est elle qui se sent humiliée, pas Isaël.

Parce que lui, il n’a pas choisi de bégayer. Mais elle, elle avait le contrôle sur sa réaction.

7. Quand quelqu’un bégaie, c’est parce qu’il ne sait pas quoi dire.

Non, au contraire, une personne bègue a sûrement plein de choses à dire, mais peut-être qu’elle s’empêche de les dire parce qu’elle a peur que tu réagisses mal à son bégaiement. 🥺

8. Tous les enfants bègues ont participé au programme Lidcombe, et si le bégaiement était persistant, ils ont ensuite fait le programme Camperdown.

Ici aussi, c’est une généralisation.

Chaque personne décide ce qu’elle veut faire pour traiter son bégaiement (ou le bégaiement de son enfant), alors oui, certains enfants font le programme Lidcombe. Et ensuite, certains adolescents et adultes font le programme Camperdown.

Mais tous ? Non. 

C’est un choix personnel, comme le fait de garder sa couleur de cheveux naturelle ou de les teindre.

En passant, si tu veux en savoir plus, tu peux écouter cette courte vidéo sur le programme Lidcombe, et celle-ci sur le programme Camperdown.

9. Si tu bégaies, tu peux aller voir n’importe quelle orthophoniste pour t’aider.

Ça aussi, c’est faux.

Comme mentionné dans l’épisode 59 (« Comment une maman a accompagné ses enfants lors de leur suivi pour le bégaiement »), chaque orthophoniste a sa spécialité.

Pour Judith, c’est le bégaiement.

Pour moi, c’est surtout les difficultés de langage et les difficultés d’apprentissage. 

Honnêtement, je ne me souviens pas d’avoir appris grand-chose sur le bégaiement quand j’ai fait ma maîtrise. Ça fait déjà 11 ans, mais encore aujourd’hui, l’accent n'est pas vraiment mis sur le bégaiement dans le programme. 

Parmi les nombreux stages que les étudiant(e)s en orthophonie doivent faire au Québec, il n’y en a aucun qui se centre sur le bégaiement. C’est une spécialité qu’on « apprend sur le tas ».

Il y a donc un nombre restreint d’orthophonistes qui se spécialisent en bégaiement.

D’ailleurs, j’étais curieuse, donc j’ai fait une petite recherche sur le site web de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (l’OOAQ). Qu’est-ce que j’ai trouvé ?

Une liste de 129 noms d’orthophonistes qui interviennent en bégaiement.

Par contre, quand j’ai changé le domaine de pratique pour « dyslexie/trouble de lecture », j’ai eu 240 noms.

Et pour le trouble développemental du langage (TDL), le chiffre s’est élevé à 314. 😲

Bien sûr, le site web de l’OOAQ ne présente pas les noms de toutes les orthophonistes du Québec. 

Mais quand même, ça nous donne une petite idée. 

Alors, non, ce ne sont pas toutes les orthophonistes qui interviennent en bégaiement. 

Je dirais même que c’est une spécialité assez « niche » !

10. Si tu bégaies en disant ton prénom, tu devrais juste changer de prénom.

Ça sonne spécial, comme « solution », mais certains l’ont fait. 

Et pendant un temps, ils ont arrêté de bégayer sur leur prénom.

Mais le naturel qui avait été chassé est revenu au galop, et le bégaiement sur le nouveau prénom est apparu.

En fait, c’est extrêmement commun pour les personnes bègues de bloquer sur leur prénom.

Comment ça ? 🤔

Parce que pour leur nom, il n’y a pas de synonyme. Les techniques d’évitement ne fonctionnent pas. 

Donc, une personne bègue pourrait changer son prénom chaque année (si elle a assez d’argent pour le faire, on s’entend 🤑), et elle finirait quand même par bégayer en disant son nom.

4 choses à NE PAS faire quand on parle à une personne bègue 

1. Faire des blagues.

Si une personne bloque sur son prénom, des blagues du genre « es-tu sûr que c’est ton prénom ? » ou « on dirait que tu as oublié ton nom ! », c’est ordinaire. Très, très ordinaire.

En général, des blagues sur le bégaiement d’une personne (ou sur toute autre différence qu’une personne peut avoir), c’est de mauvais goût. 🤢

2. Finir les phrases de la personne.

Peut-être que tu veux bien faire, mais selon Isaël, « il n’y a rien de plus infantilisant que de se faire dire un mot à sa place ». 

Il ajoute que souvent, la personne ne dit même pas le bon mot, en plus ! 🤦‍♀️

Donc, au lieu de finir la phrase de la personne, attends 2 secondes de plus. Laisse la personne finir son idée comme qu’elle a envie de l’exprimer, et pas comme que tu aimerais l’entendre.

3. Essayer d’expliquer la cause du bégaiement.

Parfois, une personne bègue peut se lever un matin et, pour aucune raison, elle va bégayer plus cette journée-là.

Si elle t’en parle, ne dis pas que c’est sûrement parce qu’elle est stressée ou que c’est à cause de telle ou telle situation. 

Non, ce n’est pas ça. 

Parfois, on doit accepter qu’il y a des choses qu’on ne peut juste pas expliquer. 🤷‍♀️

4. Essayer de corriger le point de vue de la personne sur son bégaiement.

Si la personne bègue dit que son bégaiement est un handicap, tu n’as pas à essayer de la « consoler » en lui disant un truc comme : « Bien non, pas du tout ! Ma grand-maman est bègue et elle a toujours fait les choses comme elle voulait. Elle ne s’en fait pas du tout avec son bégaiement. »

La réalité de la chose, c’est que le bégaiement est, techniquement, un handicap. 

Donc, si la personne bègue le voit comme ça, c’est son choix. C’est elle qui vit avec, donc c’est elle qui a le droit de décider comment elle va le percevoir.

Ce n’est pas à nous ni à qui que ce soit d’autre, d’essayer de « corriger » son point de vue sur son bégaiement.

Qu’est-ce qu’on devrait faire quand on parle à une personne bègue ?

Rien.

Oui, sérieux. Rien. Tu n’as qu’à rester attentif, garder le contact visuel, et attendre.

C’est tout ! 😌

Que peux-tu retenir de cet épisode ?

Ce qu’Isaël aimerait que tu réalises, si tu parles fluidement, c’est que parler sans bégayer est un privilège. C’est quelque chose qu’on prend pour acquis, mais qu’on ne devrait pas.

Aussi, il faut se souvenir que chaque personne qui bégaie est différente, et qu’elle veut des choses différentes. 

En réalité, le bégaiement, c’est une variation. Ça fait partie de la diversité vocale, comme le fait que chaque humain n’a pas la même voix. Et quand on le voit comme ça, on se rend compte que ce n’est pas quelque chose qui doit absolument être corrigé. 

En étant respectueux et attentif lorsque tu parles à une personne bègue, tu lui montreras que tu te soucies d’elle et de ce qu’elle a à te dire.

Parce que oui, elle a beaucoup de choses à dire, comme qu’un gaucher a beaucoup de choses à écrire.

Il suffit d’accepter les différents moules que peut prendre la communication, et de se centrer sur le message que la personne veut nous transmettre. Et souvent, ce sont de très beaux messages. On ne voudrait surtout pas les manquer ! 🥰

Comme qu’on ne voudrait pas manquer mes prochains épisodes de podcast et articles de blogue… 

Je dis ça comme ça. 😉

Donc, en bref, le bégaiement est différent pour chaque personne, et chaque personne y réagit différemment. L’important, c’est que toi, tu saches comment réagir. 

N’oublie pas que notre but n’est pas de créer des « bègues contrariés » ou des « parleurs fluides forcés ». 

Notre job, elle est pas mal plus simple. 

Tout ce qu’on a à faire, c’est écouter.

Si ce n'est pas déjà fait, suis-moi sur Instagram (@lorianne_orthophoniste). Tu peux aussi me suivre sur Facebook et joindre mon groupe sur la stimulation du langage.

Consulte le site web d’Isaël et va voir son compte Instagram (@isael_morin) ! Tu peux aussi aller zieuter son profil LinkedIn

Pour voir le profil Instagram de Judith, écris « @judith.orthophoniste » dans la barre de recherche. Tu peux aussi consulter le site web d’Orthophonie Bromont ici. 

De plus, Judith t’encourage à consulter les ressources suivantes :

catégorie :

Tu as aimé cet épisode ? 📌Épingle le sur Pinterest pour le retrouver facilement!

Dans cet épisode, Lorianne Lacerte et Judith Labonté, orthophonistes, discutent avec Isaël Morin, stratège LinkedIn, concernant les mythes qui entourent le bégaiement. Isaël explique aussi comment l’on devrait agir avec les personnes bègues.
Dans cet épisode, Lorianne Lacerte et Judith Labonté, orthophonistes, discutent avec Isaël Morin, stratège LinkedIn, concernant les mythes qui entourent le bégaiement. Isaël explique aussi comment l’on devrait agir avec les personnes bègues.
Dans cet épisode, Lorianne Lacerte et Judith Labonté, orthophonistes, discutent avec Isaël Morin, stratège LinkedIn, concernant les mythes qui entourent le bégaiement. Isaël explique aussi comment l’on devrait agir avec les personnes bègues.