Épisode 49

3 stratégies de stimulation langagière à utiliser au quotidien

Écoutez l'orthophonie simplement sur
Lorianne Lacerte - Icône - Apple podcastÉcouter sur GoogleÉcoutez sur Spotify

Si tu as écouté l’épisode précédent, « La collaboration entre l’orthophoniste et l’agente de stimulation du langage », tu sais bien que je crois à la stimulation langagière. Je crois à son impact dans le développement langagier des enfants, je crois au rôle des agentes de stimulation, et je crois aussi à ton rôle de maman.

Oui, ton rôle à toi.

Dans cet épisode de podcast, je te présente 3 stratégies que tu peux utiliser pour stimuler le langage de ton enfant au quotidien, et ce, selon son âge.

Tu verras, ce n’est pas compliqué.

Et pour te montrer comment tu peux adapter les différentes stratégies en fonction de l’âge de ton enfant, je vais te demander de greffer (dans ta tête, bien entendu 😂) trois cocos à ta famille. Il s’agit de Samuel (5 ans), Clara (3 ans) et Éloi (18 mois).

Ils sont bien tranquilles, ne t’en fais pas 😇

Alors, tu es prête? On commence!

Stratégie 1 : Donner le bon modèle verbal

Donner le bon modèle verbal, qu’est-ce que c’est?

En gros, ça implique qu’on doit corriger les productions erronées de notre enfant en lui redisant la phrase ou le mot (selon le cas) sans erreur.

J’en parle tout le temps, et ce n’est pas pour rien. Donner le bon modèle verbal (ou reformuler), c’est la base.

Mais ça ne veut pas dire qu’on peut le faire n’importe comment. Il y a quand même quelques petites choses qu’on veut garder en tête lorsqu’on donne le modèle verbal à notre enfant. En voici 3 :

1. Exagérer la partie corrigée du mot ou de la phrase

Pourquoi faire ça? Pour attirer l’attention de l’enfant, tout simplement.

Julie Parent, une collègue orthophoniste, utilise le terme « parler en HD ». Je ne sais pas si c’est elle qui a inventé cette expression, mais je vais lui donner le crédit 😉

Parler en HD, ça veut dire exagérer les sons, mieux articuler, avoir des expressions faciales plus intenses, parler plus lentement… Bref, s’assurer que notre langage ne sonne pas « embrouillé » aux oreilles de notre enfant! 😂

2. Ne pas forcer ton enfant à répéter

On ne veut JAMAIS demander à notre enfant de répéter un son, un mot ou une phrase pendant une conversation du quotidien. Ça brise l’échange, et ça met l’enfant dans une position inconfortable où il sera peut-être exposé à ses erreurs.

En tant que bonne maman, tu veux que ton enfant se sente bon, compétent, capable. Mais si tu lui fais répéter deux fois, trois fois, voire quatre fois un mot, il risque de se mettre à douter de lui. 😥

3. Redire plusieurs fois le mot ou le bout de phrase qui a été mal produit

Lorsque ton enfant fait une erreur, tu peux redire correctement le mot ou la partie de phrase plusieurs fois. Ton enfant sera donc exposé plusieurs fois à la bonne cible, c’est-à-dire au bon modèle verbal.

Disons que tu regardes un livre sur les lapins avec ton enfant de 18 mois, Éloi. Il pointe l’une des images, te regarde, et dit : « apin ». Que devrais-tu faire?

Tu pourrais ignorer son erreur, mais ce serait une erreur en soi 😅

Autre option : tu pourrais répondre rapidement : « Oui, un lapin », et tourner la page du livre.

Ou, encore mieux, tu pourrais en profiter pour dire plusieurs petites phrases qui contiennent la cible, comme : « Oui, un lapin. C’est un beau lapin. Le lapin saute! » 🐰🐇

Tu pourrais même lui poser une question ouverte par la suite, comme : « Qui saute? ». Si Éloi répond correctement, tant mieux! Si la réponse ne vient pas, tu peux lui donner un choix : « Qui saute? Est-ce que c’est le lapin, ou la grenouille? ».

Si Éloi ne répond toujours pas ou s’il répond en faisant une erreur, tu répètes le modèle verbal et tu passes à autre chose.

Tu trouveras peut-être que c’est redondant, mais souviens-toi que les enfants apprennent par l’exemple 😊

Et si ta cocotte de 3 ans, Clara, omet un mot dans une petite phrase, comme « Papa parti » au lieu de « Papa est parti » ? Ou si Samuel, 5 ans, fait une erreur de genre dans une phrase (ex. « Regarde maman, c’est une grosse tracteur! ») ? Que peux-tu faire?

Tu peux utiliser tous les conseils que je te donne plus haut, mais en les adaptant à l’erreur qu’a faite ton enfant 🤓

Stratégie 2 : Observer et commenter

Si tu veux encourager ton enfant à mieux communiquer ou à communiquer plus, tu dois commencer par savoir ce qui l’intéresse.

Je t’encourage donc à faire quelque chose que tu fais sûrement déjà : passer du temps avec ton enfant. Découvre ce qui le passionne, ce qu’il aime, ce qu’il apprécie. Ensuite, profite de ton moment avec lui pour mettre des mots sur ce qu’il regarde. Examinons comment faire ça selon l’âge ! 🤔

Stimuler le langage d'Éloi, 18 mois

Pendant que tu attends en ligne pour payer ton épicerie, Éloi regarde les paquets de gommes qui se trouvent près de la caisse. Tu pourrais donc lui dire quelque chose comme :

« C’est de la gomme. La gomme, c’est bon. Tu peux croquer la gomme. Tu peux mâcher la gomme. »

L’important, c’est de mentionner plusieurs fois le mot cible (le nouveau mot, donc « gomme », dans ce cas-ci) pour que l’enfant puisse l’associer à l’objet qu’il regardait.

Tu pourrais même acheter un paquet de gomme pour lui faire une démonstration. 😜

Stimuler le langage de Clara, 3 ans

Un matin, alors que tu es au parc avec Clara, tu remarques qu’elle fixe un enfant de son âge qui joue dans le sable. Tu pourrais donc lui dire quelque chose comme :

« C’est un ami. L’ami fait un gros château de sable. Son château a trois tours. On peut faire un château ensemble si tu veux. » 🏰🏖

Tu pourrais même lui poser des questions ouvertes, comme « As-tu déjà fait un château de sable, toi? » ou « Aimes-tu jouer dans le sable? ».

Stimuler le langage de Samuel, 5 ans

Depuis quelques semaines, Samuel aime beaucoup regarder son livre sur les avions.

Tu pourrais donc en profiter pour lire le livre avec lui plusieurs fois en faisant des commentaires sur les images et sur le texte.

Vous pourriez même regarder une vidéo qui parle des avions et en discuter ensemble après. 😄

Bref, si on observe notre enfant, on connaîtra ses intérêts, et si on connaît ses intérêts, on peut les utiliser pour stimuler son langage. 🤓

Stratégie 3 : Saisir et créer des situations propices aux échanges

Des études l’ont prouvé : les échanges que nous avons avec notre enfant au quotidien ont un grand impact sur son développement langagier.

On veut donc profiter du temps qu’on passe avec notre enfant pour interagir avec lui et aussi, on veut s’assurer de ne pas briser les échanges.

Qu’est-ce que ça veut dire?

Ça veut dire que pendant les balades en voiture avec notre enfant, on ne mettra pas la musique dans le tapis. On va plutôt jaser avec notre coco.

Ça veut dire qu’on va s’intéresser à ce que nous dit notre enfant. S’il revient de la garderie ou de l’école et qu’il est tout excité, on va lui poser des questions sur sa journée. S’il nous raconte une anecdote, on va l’écouter attentivement, commenter, demander des précisions, etc.

Ça veut aussi dire qu’on va laisser le temps à notre enfant de nous raconter quelque chose. Souvent, les enfants vont chercher leurs mots ou faire des pauses, mais on ne veut pas se mettre à regarder ailleurs ou partir. L’enfant doit comprendre qu’on veut savoir ce qu’il a à nous dire, et qu’il n’a pas besoin de se presser.

Dans le cas des enfants qui ne parlent pas spontanément, c’est peut-être plus difficile de communiquer avec eux. On veut donc créer des situations propices aux échanges.

Par exemple, on peut faire des erreurs volontaires, comme mettre l’un des bas de notre enfant sur sa main.

Dans la plupart des cas, ça va stimuler une réaction (verbale ou non-verbale) de la part de l’enfant. On pourra donc se servir de cette réaction pour discuter avec l’enfant, et sûrement rigoler aussi. 🤪 Voici des exemples de ce que tu pourrais dire selon l’âge de l’enfant :

Tu pourrais dire à Éloi, 18 mois...

« Oups, je me suis trompée! J’ai mis ton bas sur ta main. Ton bas va sur ton pied. C’est drôle! ».

Tu pourrais dire à Clara, 3 ans...

« Oups, je suis dans la lune! J’ai mis ton bas sur ta main, mais ce n’est pas là qu’il va. C’est où que je devrais le mettre? ».

Tu pourrais dire à Samuel, 5 ans...

« Oh bien regarde, j’ai fait une drôle d’erreur! Pourquoi tu penses que je me suis trompée? (Laisser l’enfant répondre). Est-ce que ça arrive à ton professeur aussi, de faire des erreurs? (Laisser l’enfant répondre). Des fois, les adultes, on devient tout mélangés. »

On peut aussi s’assurer de ne pas aller au-devant des besoins de notre enfant. Le gobelet d’Éloi est vide? On ne le remplit pas. Il va devoir nous le demander.

Clara veut du yogourt? On lui donne le yogourt, mais pas de cuillère. Elle va devoir nous la demander.

Samuel veut jouer avec le ballon qui est sur la tablette du haut dans le cabanon? On ouvre le cabanon, et on attend que Samuel demande pour le ballon.

Tu vois le pattern? Non, ce n’est pas méchant de laisser ton enfant te demander ce dont il a besoin. C’est même une marque d’amour envers lui, car ça lui donne une occasion de développer son langage.

Si tu fais tout pour lui sans qu’il ait à demander quoi que ce soit, il n’apprendra pas à formuler des demandes. Et dans la vie, on doit en faire beaucoup, des demandes! 😂

Évidemment, si l’enfant n’est pas capable de formuler sa demande, tu vas l’aider 😅 Tu ne laisseras pas Éloi mourir de soif, ni Clara manger son yogourt sans cuillère, ni Samuel attendre pendant des heures dans le cabanon… 😧

Donc, que peux-tu faire?

Tu as la section « Donner le bon modèle verbal » pour te guider 😉

Une petite mise en garde : créer des occasions pour communiquer avec son enfant, ce n’est pas de s’asseoir avec lui pour lui montrer des cartes imagées dans le but qu’il nous dise des mots. Dans la vie de tous les jours, on veut plutôt avoir des interactions naturelles et authentiques avec notre enfant 😊 Ce sera beaucoup plus agréable pour lui, et aussi pour nous!

Que retenir de cet épisode?

Quatre mots : parle avec ton enfant.

En lui donnant le bon modèle verbal, en commentant sur ce qui l’intéresse et en créant des situations propices aux échanges, tu aideras ton enfant à développer son langage, et tu t’éviteras peut-être une visite chez l’orthophoniste. 😜

Si tu as aimé le contenu de cet épisode, je t’encourage à écouter les épisodes suivants :

Épisode 2 : Les difficultés d’articulation chez les enfants d’âge scolaire

Épisode 11 : La production des premiers mots

Épisode 20 : Stimuler le langage de votre bébé dès sa naissance

Tu peux aussi t’inscrire dès aujourd’hui à l’une de mes formations aux parents.  

Au mois de juin, je vais aussi lancer une formation avec la plateforme Petits Pas, qui regroupe plusieurs professionnels. Suis-mois sur les réseaux sociaux pour ne pas manquer ça ! Tu trouveras les liens ici 👇

Si tu es une TES ou une agente de stimulation du langage, inscris-toi à mes nouveaux ateliers.

Si tu es une maman ou une éducatrice, tu peux t'inscrire à l'une de mes formations.

Suis ma page Facebook et viens me voir sur LinkedIn !

Pour me suivre sur Instagram : @lorianne_orthophoniste

catégorie :