7/18/2022

Mon enfant bégaie… quoi surveiller

Une orthophoniste explique si vous devriez consulter ou non

Saviez-vous qu'un jeune enfant qui commence à bégayer a 65 à 80% de chance de récupération naturelle (c'est-à-dire de ne plus bégayer même sans intervention) dans les 3 à 5 ans suivants l'apparition du bégaiement? Et que même si le bégaiement semble sévère lors de son apparition, cela ne veut pas dire qu'il va demeurer sévère ou même qu'il va persister tout court?

Voici des pistes pour vous aider à déterminer si vous devriez consulter pour votre enfant de quatre ans ou moins si vous suspectez un bégaiement. Ainsi, il serait recommandé d'obtenir l'expertise d'une orthophoniste:

• Si un membre de la famille présente un bégaiement persistant (qui n'a pas récupéré sans intervention). Il peut s'agir d'un parent, d'un grand-parent, d'un oncle, etc...

• Si vous observez après trois mois suivant l'apparition du bégaiement:

  • une apparition ou de plus en plus de mouvements associés comme des clignements de yeux ou des hochements de tête associés aux moments de bégaiement
  • de plus en plus de disfluidités typiques du bégaiement que sont les répétitions de mots d'une syllabe (le-le-le-le soleil), les prolongements audibles (le sssssoleil), les blocages (le so...leil) et les répétitions de parties de mots (le so-so-so-soleil)
  • de plus en plus de réitérations (c'est-à-dire de productions en trop d'un mot ou d'une partie de mot; je-je-je-je = 3 réitérations; j-j-j-j-j-je = 5 réitérations)
  • des réitérations qui deviennent en "cascade" (c'est-à-dire comme si les répétitions dans la parole se mettaient à débouler, à s'accélérer)

Soulignons que l'orthophoniste pourrait recommander une période d'observation supplémentaire avant de vouloir procéder à une évaluation formelle.

Enfin, malgré ce qui précède, il est recommandé de consulter en orthophonie si la situation indispose significativement la famille ou l'enfant qui en vient, par exemple, à éviter de parler dans certaines situations ou avec certaines personnes.

En résumé, il faut observer les tendances. Si la situation ne s'améliore pas ou s'aggrave, il est alors judicieux de consulter. Et sachez qu'il n'existe aucune contre-indication à entreprendre un traitement même s'il pouvait y avoir une récupération naturelle.

---